Production d'hydrogène

L’écologie au cœur de l’action de Dijon métropole

Développement des modes de déplacement doux (tram, bus hybrides, vélo), création de secteurs piétons, plans d’actions en faveur de la biodiversité, préservation des insectes pollinisateurs, traitement de 70% des déchets du département, développement du réseau de chaleur urbain, la métropole dijonnaise s’affiche comme l’une des villes françaises les plus actives dans le domaine de l’écologie.Aujourd’hui, sa politique sert de modèle pour d’autres collectivités françaises et son engagement lui permet d’être finaliste au concours de Capitale Verte Européenne.

Dijon métropole entend désormais renforcer les énergies renouvelables (ENR) sur son territoire. Elle souhaite mettre un œuvre un projet de station de production d’hydrogène qui alimenterait en hydrogène les véhicules de la collectivité.

Dijon métropole a imaginé un système expérimental en circuit court utilisant de l’hydrogène issu de l’électricité verte disponible sur le territoire de la métropole pour tester de manière ambitieuse la décarbonatation du ramassage des déchets ménagers notamment.

Cette production d’hydrogène s’appuiera essentiellement sur l’électricité produite par le Groupe Turbo Alternateur de l’Unité de Valorisation Énergétique des déchets et sera complétée par de l’électricité verte produite par une ferme photovoltaïque voisine ou par d’autres productions renouvelables de proximité.

L’hydrogène sera produit sur place par électrolyse de l’eau . 400 kilos d’hydrogène seront produits  quotidiennement grâce à l’électricité générée par la chaleur de l’incinérateur, doté d’une puissance de 3 mégawatts. Cette quantité permettra d’alimenter une dizaine de véhicules lourds et une quinzaine de véhicules
légers. L’objectif est de doubler la production d’hydrogène en trois ans.

Dans un premier temps, quatre Bennes à Ordures Ménagères pilotes pourraient être mise en service. Si les résultats sont probants, il pourra être envisagé de copier sur un modèle équivalent le plan de renouvellement de la flotte de 47 véhicules de ramassage de déchets.

Ce programme innovant sera complété par une vingtaine de véhicules légers et lourds issus de flottes captives de collectivités mais aussi d’acteurs publics et privés volontaires dans le cadre de ce programme.

Le montant du chantier est estimé à 4,7 M€, la création d’une société par action simplifiée (SAS), baptisée Dijon Smart Energhy, dont les actionnaires actuels sont l’entreprise Rougeot, à hauteur de 70 %, et la Métropole, à hauteur de 30 % a été validée lors du conseil métropolitain du 10 avril 2019.

Dijon métropole entend faire application des dispositions de l’article L. 2253-1 du Code général des collectivités territoriales (ci-après « CGCT »), permettant aux EPCI de constituer avec un opérateur privé une société par actions simplifiée (ci-après « SAS »), dont l’objet social portera sur la production et la fourniture d’ENR à partir
d’installations situées sur le territoire métropolitain